Adieu au père de l’ARC moderne

Article de nouvelles / Le 14 octobre 2020

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par Emily Lindahl

Une fois que vous aurez goûté au vol, vous foulerez à jamais le sol les yeux rivés au ciel, là où vous êtes déjà allé et là où vous rêverez toujours de retourner.
-Léonard de Vinci

Le 14 octobre 2020, l’Aviation royale canadienne a fait ses adieux à l’un de ses dirigeants les plus influents. Connu comme le père de la Force aérienne du Canada moderne, le lieutenant-général William (Bill) Carr, CMM, DFC, OStJ, CD, est né le 19 mars 1923, à Grand Bank, à Terre-Neuve, avant que celle-ci ne se joigne au Canada. Il avait 97 ans.

Pendant sa carrière militaire, qui s’est étalée de 1941 à 1978, il a reçu son brevet de pilote du maréchal de l’air Billy Bishop, VC, CB, DSO et barrette, MC, DFC et ED, as de l’aviation légendaire. Depuis son premier vol à bord d’un Spitfire dans le 542e Escadron en territoire ennemi, en passant par son affectation à titre de chef d’état-major adjoint (Opérations) au Quartier général du NORAD au Colorado, jusqu’à son accession au poste de commandant de l’opération de transport aérien des Nations Unies au Congo, le lieutenant-général Carr a accumulé un nombre remarquable d’heures de vol pendant sa carrière en aviation en tant que pilote. Il comprenait l’importance de la puissance aérienne et a personnellement constaté les effets des avancées technologiques.

En tant qu’ancien chef d’état-major de la défense adjoint, il était chargé de déterminer les incidences néfastes de l’amalgamation des services sur l’aviation militaire. Il a cru nécessaire de « créer une organisation consolidée pour administrer correctement toute l’aviation militaire au Canada ».

Le 2 septembre 1975, ses efforts, qui avaient porté des fruits, aboutissaient à la création du Commandement aérien. Celui-ci, dont le quartier général se trouvait à Winnipeg, au Manitoba, et qui avait comme commandant le lieutenant-général Carr lui-même, était responsable de toutes les ressources aériennes des Forces armées canadiennes.

Parmi les décorations et les prix bien mérités qu’a reçus le lieutenant-général Carr figurent les suivants :

  •         Commandeur de l’Ordre du mérite militaire
  •         Officier de l’Ordre de Saint-Jean
  •         Croix du service distingué dans l'Aviation
  •         Intronisation au Panthéon de l’Aviation du Canada
  •         Médaille du maintien de la paix
  •         Médaille du couronnement de la reine Elizabeth II
  •         Médaille du centenaire
  •         Médaille du jubilé de la reine Elizabeth II

La marque qu’a laissée le lieutenant-général Carr va toutefois bien au-delà de ses années de service. En août 1993, il a accédé à la fonction de colonel honoraire du 412e Escadron VIP, puis l’Aviation royale canadienne a créé le Prix Carr pour souligner son rôle et l’incidence qu’il a eue sur l’aviation militaire canadienne. Dans le Village à Griesbach, en Alberta, ancien site militaire, les rues portent le nom de huit anciens combattants aviateurs qui ont des liens avec la région, dont le lieutenant-général Carr. En 2001, lors d’une cérémonie tenue à Ottawa, en Ontario, il a également fait son entrée au Panthéon de l’Aviation du Canada.

Précédé dans la mort par son fils, David, et sa femme, Elaine, le lieutenant-général Carr laisse dans le deuil sa fille, Virginia (Baldwin), et son fils, Peter, ainsi que leur famille. Nous pensons à eux pendant cette période difficile. 


 

Joignez-vous à l'ARC : Osez vous surpasser

Les opérateurs de détecteurs électroniques aéroportés utilisent des systèmes de détecteurs électroniques évolués pour faire fonctionner des détecteurs aéroportés à bord des aéronefs de patrouille à long rayon d’action, des hélicoptères maritimes et des véhicules aériens sans pilote.

Ils détectent les sous-marins et en font le suivi, ils offrent un soutien aux opérations de recherche et de sauvetage et aux opérations médicales et aident les autres ministères et agences du gouvernement à recueillir des preuves et à effectuer des patrouilles antidrogues.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

         - Utiliser un radar, des systèmes électro-optiques et infrarouges, détecteurs d’anomalies magnétiques et de l’équipement de guerre électronique
         - Prendre des photos aériennes
         - Charger les armes aéroportées et viser avec celles-ci, et faire des recherches dans les systèmes des stocks
         - Utiliser le système de mitrailleuse héliporté
         - Utiliser les systèmes de détecteurs électroniques des véhicules aériens sans pilote
         - Communiquer avec les organismes internes et externes (forces civiles et alliées)
         - Recueillir des preuves

http://forces.ca/fr/carriere/operateur-detecteurs-electroniques-aeroportes/

Date de modification :