L’adjudant-maître Edward Hebb se voit conférer le grade de membre de l’Ordre du mérite militaire

Article de nouvelles / Le 11 janvier 2021

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par la capitaine Lynne Patterson

« C’est très touchant et je suis vraiment surpris », a dit l'adjudant-maître Edward Hebb le 4 décembre 2020, en apprenant que la gouverneure générale Julie Payette l'avait nommé membre de l'Ordre du mérite militaire.

« J'ai travaillé avec des gens formidables au fil des ans et je peux dire que mon personnel me fait bien paraître », a déclaré l'adjudant-maître Hebb en s'adressant à ses collègues du génie construction réunis pour la présentation au camp Canada, lors de l'opération Impact au Koweït. « Notre type de travail ne se fait pas seul; je considère cela comme un travail d'équipe et je tiens à remercier tout le monde. »

La chaîne de commandement de l'adjudant-maître Hebb au pays dit qu'il a servi les Forces armées canadiennes avec dévouement et distinction depuis son enrôlement en 1998.

« Il fait preuve d'une intégrité et de compétences en leadership exceptionnelles à un niveau qui dépasse constamment toutes les attentes », affirme le colonel David Proteau, commandant de la 17e Escadre Winnipeg, où l'adjudant-maître Hebb travaille actuellement. « Déployé huit fois au cours de sa carrière, il est l'incarnation du service au pays avant soi. L'adjudant-maître Hebb se met continuellement au défi en saisissant des possibilités de développement professionnel et en participant à des activités bénévoles dans la collectivité. Il est connu pour son leadership, son éthique du travail et son moral contagieux. »

Le lieutenant-colonel Stéphane Roussel, commandant du Centre de soutien opérationnel – Asie du Sud-Ouest de l'opération Impact, a annoncé la nouvelle à l'adjudant-maître Hebb, en soulignant que c'était la première fois en 24 ans de carrière qu'il avait le plaisir d'annoncer une telle chose. Après la présentation, les ingénieurs de construction ont applaudi leur collègue en criant « chimo! » Pour les profanes, il s’agit d’un mot que les ingénieurs utilisent entre eux et qui dérive du salut inuktitut « saimo », qui signifie bonjour, au revoir, paix soit avec vous, et autres sentiments similaires.

L'adjudant-maître Hebb s’est joint aux Forces armées canadiennes en tant que technicien en distribution électrique en 1998 en tant que membre du personnel du 14e Escadron du génie à Bridgewater, en Nouvelle-Écosse, à la base des Forces canadiennes Greenwood. Au grade d'adjudant-maître, il agit maintenant en tant que surintendant de l'ingénierie de construction, soit un chef de projet qui supervise les sept différents métiers que regroupe le génie de construction.

Il a commencé à se préparer il y a quelques mois à son déploiement de six mois au Koweït dans le cadre de l'opération Impact. « Nous savions que nous allions être très bien préparés », affirme l'adjudant-maître Hebb à propos des avantages d'arriver dans le théâtre d’opérations avec son équipe. « De la 17e Escadre, il y a neuf personnes qui font partie du génie de construction. Alors, vous commencez à travailler et vous entretenez déjà une relation avec ces gens. Vous connaissez leurs points forts. C’est aussi avantageux pour vos subordonnés parce que, quand ils ont besoin d'aide, ils connaissent déjà leur chaîne de commandement. »

Tout au long de sa carrière, l’adjudant-maître Hebb a travaillé à divers endroits au pays et a participé à plusieurs déploiements, au nombre desquels figurent le plateau du Golan en 2002, l’Afghanistan (en 2005, 2007 et 2008), la Force opérationnelle aérienne Reassurance en Roumanie et en Lituanie (en 2014), l'opération Impact quatre fois, soit au Koweït en 2015, en Jordanie en 2016 et en Irak en 2018, et maintenant six semaines de fait dans son déploiement le plus récent au Koweït.

C'est beaucoup de temps passé loin de chez lui et il admet que c'est difficile, mais il a constaté une énorme amélioration dans les possibilités de communication avec sa femme et ses trois enfants pendant son absence. « C'est beaucoup plus facile maintenant que lorsque nous étions en Afghanistan, quand nous essayions de trouver un téléphone satellite pour appeler à la maison. Grâce à FaceTime et au courriel, c'est tellement mieux. »

Malgré le fait que son déploiement se soit amorcé par cette réalisation remarquable, l’adjudant-maître Hebb reste concentré sur son travail au Koweït.

« Mon objectif est de rendre le camp meilleur qu'à notre arrivée, dit-il. Je suis heureux d'être ici et j'ai hâte de vivre un déploiement agréable avec mon équipe. »


 

Joignez-vous à l'ARC : Osez vous surpasser

Les techniciens en météorologie observent, transmettent et prévoient les conditions météorologiques pour les opérations se déroulant sur les navires de guerre dans la Marine royale canadienne, dans les installations de l’Armée canadienne et dans les escadrons et les escadres de l’Aviation royale canadienne.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

         - Observer et enregistrer les conditions météorologiques en surface, en mer et en altitude
         - Traiter, analyser et interpréter les informations à caractère météorologique
         - Faire fonctionner et assurer le maintien d’équipements et d’instruments météorologiques spécialisés
         - Informer le personnel de l’escadre, du navire ou de l’unité terrestre au sujet des conditions météorologiques actuelles et prévues
         - Prévoir les conditions météorologiques

http://forces.ca/fr/carriere/technicien-meteorologie/

Date de modification :