Le 42e Escadron de radar travaille avec les Marines des États-Unis pendant Maple Flag 50

Article de nouvelles / Le 12 juin 2017

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par la lieutenant Camille Dolphin

À la 4e Escadre Cold Lake, en Alberta, le personnel du 42e Escadron de radar soutient les activités d’entraînement en vol et les opérations aériennes à longueur d’année en offrant des services de contrôle tactique aux aéronefs participant à des missions d’entraînement au combat aérien. L’unité accomplit son travail peu importe le temps qu’il fait et partout où on lui demande de le faire.

Les capacités des spécialistes de la gestion du combat aérien de l’escadron sont encore plus prisées durant des événements comme Maple Flag 50, car il s’agit d’un exercice d’envergure internationale qui rassemble de grandes formations d’aéronefs et qui donne lieu à une cadence opérationnelle s’apparentant à celle d’un théâtre d’opérations.

En 2017, afin d’aider à réduire les pressions qu’entraîne la cadence opérationnelle accrue, le 42e Escadron de radar fait équipe avec des contrôleurs de défense aérienne tactique du United States Marine Corps (USMC) issus du Marine Air Control Squadron 2, du Marine Air Control Group 28 et de la 2nd Marine Aircraft Wing, pour assurer un soutien continu pendant l’exercice Maple Flag 50, mais aussi pour accroître l’interopérabilité entre les deux escadrons et, en fin de compte, nos deux pays. Ensemble, ces militaires forment une équipe entièrement intégrée de contrôleurs d’armes interarmées.

Pendant les opérations quotidiennes normales, l’équipe de spécialistes de la gestion du combat aérien du 42e Escadron de radar compte trois personnes. Durant Maple Flag, toutefois, douze personnes travaillent dans la salle des opérations en tout temps. Les fonctions de l’escadron durant Maple Flag consistent à gérer un groupe de capacités spécialisées, y compris la gestion des réseaux de transmission, la surveillance, l’identification des aéronefs et la communication directe avec les équipages aériens, afin de guider les appareils vers des cibles aériennes et terrestres.   

L’équipe de contrôleurs d’armes interarmées participant à l’exercice gère jusqu’à 24 aéronefs à la fois durant les opérations quotidiennes à l’intérieur du polygone de tir aérien de Cold Lake, où se déroule principalement l’exercice. Ces aéronefs forment un ensemble international d’avions à réaction, de ravitailleurs, d’hélicoptères et d’avions équipés du système aéroporté d’alerte et de contrôle AWACS (des Boeing E-3 Sentry). La cadence opérationnelle élevée simule le combat aérien moderne et représente une occasion d’entraînement précieuse pour les militaires subalternes de l’ARC et du USMC.

Le capitaine Scott Maurer dirige le volet de la gestion des combats aériens du cours d’instructeur sur les armements des chasseurs, que donne en partie le 42e Escadron de radar. Il parle de la tradition de travailler aux côtés d’alliés comme le USMC. « C’est une relation importante que nous nous devons de poursuivre. Nous allons aux États-Unis pour nous entraîner avec les Marines, et ils viennent ici pour s’entraîner avec nous, parce que si jamais nous avons à combattre lors d’une véritable opération, nous le ferons ensemble dans une coalition. Nous intégrons toujours nos forces à celles d’autres pays; nous ne combattons jamais seuls. »

Le Marine Air Control Squadron 2 restera à Cold Lake pour la durée de Maple Flag 50, soit du 29 mai au 23 juin 2017. Les militaires de cet escadron sont arrivés tôt pour se familiariser avec les différences entre les systèmes, exécuter des tâches de planification de mission et se préparer à s’entraîner dans un contexte propre au NORAD.

L’an dernier, deux marines du Marine Air Control Squadron 2 ont pris part à Maple Flag 49. Ayant constaté tout le potentiel d’entraînement de cet exercice, l’escadron participe de nouveau à Maple Flag cette année en y affectant une équipe de douze personnes. La relation entre le 42e Escadron de radar et le Marine Air Control Squadron 2 est un exemple de l’un des nombreux objectifs de l’exercice Maple Flag, soit de maintenir l’alliance au moyen de forces aériennes et terrestres multinationales en travaillant ensemble et en échangeant des pratiques exemplaires.

« Nous travaillons très bien avec le 42e Escadron de radar », dit le Gunnery Sergeant David Bull, contrôleur de défense aérienne tactique du Marine Air Control Squadron 2. « Nous partageons beaucoup de similarités; c’est donc facile de nous intégrer à l’équipe canadienne et de commencer à travailler ensemble. »

La lieutenant Camille Dolphin travaille aux Affaires publiques de la 4e Escadre Cold Lake.

La 2nd Lieutenant fait partie du 4th Marine Air Wing Public Affairs.

Note de la rédaction : Puisque certains grades des États-Unis n’ont aucun équivalent canadien, nous estimons qu’il convient de les laisser dans leur langue d'origine.

Date de modification :