Le caporal-chef Gabriel Auclair, athlète masculin de l’ARC de l’année, montre que l’haltérophilie nécessite bien plus que de la force physique

Article de nouvelles / Le 13 janvier 2021

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Affaires publiques de l’Aviation royale canadienne

« Je suis quelqu’un qui ne regarde jamais en arrière, qui continue à avancer et qui essaie toujours de se dépasser », dit l’athlète masculin de l’année de l’Aviation royale canadienne, le caporal-chef Gabriel Auclair, technicien en aéronautique du 406e Escadron maritime d'entraînement opérationnel, basé à la 12e Escadre Shearwater, en Nouvelle-Écosse.

Le caporal-chef Auclair s’est mis à l’haltérophilie à quinze ans, inspiré par son frère, qui pratiquait le sport à l’époque. Toutefois, c’est son père qui lui a suggéré de s’enrôler dans les Forces armées canadiennes afin de lui permettre de devenir bilingue et d’améliorer ses chances de voir acceptée sa candidature à la Gendarmerie royale du Canada. « Mais j’aimais mon travail, affirme-t-il, donc je suis resté. » Cette décision lui a permis de parcourir le monde lors d’affectations à bord des navires canadiens de Sa Majesté Ottawa, Ville de Québec, Algonquin et Winnipeg.

« Je n’ai pas toujours gagné et je n’ai pas toujours connu du succès, ajoute le caporal-chef Auclair. Nous avons tous vécu des revers, nous avons tous éprouvé des difficultés et nous avons tous eu des problèmes. Je ne regarde pas en arrière, je regarde en avant. J’essaie d’exceller et de toujours m’améliorer. » L’haltérophile s’adonne à ses séances d’entraînement intenses en fonction de son horaire à l’escadre, où il travaille depuis la fin de sa formation professionnelle en 2003. Il a d’abord été affecté à Shearwater, de 2003 à 2007, ensuite au 443e Escadron d’hélicoptères maritimes à Patricia Bay, en Colombie-Britannique, puis au 406e Escadron.

Le caporal-chef Auclair se trouvait à la salle d’entraînement lorsqu’il a vu dans Facebook qu’on le convoquait à une réunion. Il n’a compris pourquoi que 20 minutes plus tard, quand le commandant de la base lui a appris qu’on avait présenté sa candidature pour le titre d’athlète de l’année de l’ARC, ce qui l’a énormément surpris.

En août 2019, il a participé au Championnat mondial des maîtres d’haltérophilie de 2019, à Montréal, au Québec. « Quand je suis arrivé à la compétition, je ne savais rien du niveau des autres athlètes, dit le caporal-chef Auclair. Je ne voyais que des Américains et un athlète philippin. Ils me fixaient tous et je n’ai pas compris pourquoi, mais je suis presque sûr qu’ils me regardaient à cause de ma petite taille. »

« C’était très stressant, car le Canada était toujours en deuxième place quand mon tour est arrivé », dit l’haltérophile, ajoutant qu’il était le dernier de l’équipe à concourir et qu’il savait que s’il réussissait son épreuve, l’équipe masculine pourrait remporter une médaille d’or plutôt qu’une médaille d’argent. En tant que compétiteur dans le groupe d’âge des plus de 35 ans et de la catégorie de poids de plus de 109 kilogrammes, le caporal-chef Auclair a réussi à faire honneur à ses coéquipiers lors de ses deux épreuves : l’arraché et l’épaulé-jeté. Il a soulevé 138 kilogrammes lors de l’arraché et 177 kilogrammes lors de l’épaulé-jeté, soit un poids total de 315 kilogrammes. Il a ainsi établi trois records canadiens : un pour chacune des épreuves individuelles et un pour le total des deux épreuves.

Quand le caporal-chef Auclair parle à des amis de motivation ou d’objectifs, il leur dit toujours : « Les lions ne perdent pas de sommeil à cause de l’opinion des moutons. » L’athlète conseille aux gens de ne pas regarder en arrière, de ne pas écouter ceux qui ont des opinions négatives. « Concentrez-vous sur ce que vous faites et sur vous-même : c’est ça qui est important. »

Le caporal-chef Auclair remercie ses amis et sa famille, qui lui ont apporté le soutien dont il avait besoin pour exceller dans son sport.

Félicitations, Caporal-chef Auclair!

Article rédigé à l’aide de dossiers de la 12e Escadre.


 

Joignez-vous à l'ARC : Osez vous surpasser

Les officiers du contrôle aérospatial contribuent aux opérations aériennes en fournissant des services de contrôle de la circulation aérienne et en assurant le contrôle des armes aériennes. 

Ils sont chargés de la surveillance aérospatiale, de l’alerte et du contrôle des objets aéroportés dans l’espace aérien canadien. En tant que partie intégrante du système canadien de navigation aérienne, les officiers du contrôle aérospatial assurent également le contrôle des aéronefs civils et militaires dans le cadre d’opérations de combat et d’instruction partout dans le monde.

http://forces.ca/fr/carriere/officier-controle-aerospatial/

Date de modification :