Le Silver Dart met l'ARC sur le chemin des étoiles

Article de nouvelles / Le 23 février 2016

Par Joanna Calder

Le 23 février 1909, le Silver Dart décollait en Nouvelle‑Écosse. Ce premier vol motorisé changea à jamais le concept du voyage au Canada; le transport aérien devient une réalité, donnant naissance à toute une industrie.

Le 23 février a été désigné Journée nationale de l’aviation au Canada. Il s’agit d’une occasion de rendre hommage aux pionniers de l’aviation et d’honorer les Canadiens qui font que nous pouvons prendre l’avion en toute sécurité.

À l'aube du XXe siècle, le Canada, pays encore jeune, continuait à se former en tant que nation. Connu partout sous l'appellation « Dominion du Canada », notre pays demeurait aligné sur la Grande-Bretagne. Bien que l'Empire britannique commençait alors à se dissoudre, des liens étroits subsistaient entre les anciennes colonies et la Grande-Bretagne. On assistait également à l'apparition de deux nouveaux moyens de transport, l'automobile et l'avion, inventions qui auraient toutes deux un impact profond sur le Canada.

Je crois que dans quelques années seulement ce sera possible pour une personne de souper à New York à 19 ou à 20 heures puis de déjeuner en Irlande ou en Angleterre le lendemain matin. [traduction]

–        Alexandre Graham Bell, « Machines volantes du futur », 1892

« Quatre ans après la première réussite par les frères Wright d’un vol contrôlé d’un aéroplane motorisé, Alexander Graham Bell, J.A.D. [Douglas] McCurdy [et] Frederick Baldwin [tous deux ingénieurs], le lieutenant Thomas Selfridge [officier de l’Armée américaine] et Glenn Curtiss [coureur motocycliste américain], soutenus financièrement par l’épouse de Bell, Mabel, fondaient l’Aerial Experiment Association », a déclaré le sénateur Joseph Day devant ses collègues sénateurs le 23 février 2009, jour du 100e anniversaire du vol du Silver Dart.

L’AEA fut fondé à Halifax (Nouvelle‑Écosse) en septembre 1907 sous la direction de M. Bell. L’équipe se servait de l’usine de Curtiss à Hammondsport (New York) comme base d’été et des laboratoires de M. Bell à Baddeck comme quartiers d’hiver.

« L’AEA commença à mener des vols expérimentaux à partir de la première idée de Bell – un grand cerf-volant en forme de tétraèdre appelé le Cygnet. Par la suite, Bell dessina des avions, qu’il appelait des aérodromes. Leur quatrième machine volante, le Silver Dart, venait à la suite de certains succès avec le Red Wing, le White Wing et le June Bug », a continué le sénateur Day.

Le premier vol au Canada d’un avion plus lourd que l’air, contrôlé et motorisé eut lieu à Baddeck (Nouvelle‑Écosse) le 23 février 1909 lors du décollage du Silver Dart piloté par J.A.D. McCurdy.

Le lancement du Silver Dart fut effectué « avec l’aide de bénévoles chaussant des patins dont bon nombre étaient des étudiants auxquels on avait donné congé pour cette grande occasion », a indiqué le sénateur Day. Il « a été propulsé [...] sur la glace de la baie de Baddeck, l’un des bassins du lac Bras d’Or. Après avoir glissé sur la glace, le Silver Dart s’est élevé jusqu’à neuf mètres d’altitude et a volé sur une distance d’un kilomètre et demi à une vitesse de 65 kilomètres à l’heure. »

« Ce vol représentait une réussite sans précédent dans l’aviation au Canada. Il était le fruit d’un travail ardu et novateur d’une poignée de gens déterminés. »

Le lendemain du premier vol du Silver Dart, M. McCurdy parcourut quatre milles en boucle, revenant à son point de départ. En plus d'être les premiers vols au Canada, ils furent également reconnus par le Royal Aero Club du Royaume‑Uni comme les premiers vols d’appareils plus lourds que l’air réussis par un sujet britannique dans l’ensemble de l’Empire britannique.

M. McCurdy et M. Baldwin fondèrent le Canadian Aerodrome Company afin de poursuivre leurs expériences en aéronautique. Ils tentèrent d’y intéresser le ministère de la Milice et de la Défense en vue de doter leurs appareils à des fins militaires, et obtinrent l’autorisation de procéder à quelques vols au cours du camp d’entraînement annuel de la milice.

Ils expédièrent le Silver Dart à ce qui est aujourd’hui la Base des Forces canadiennes Petawawa (Ontario) et, le 1er août 1909, ils effectuèrent quatre vols de démonstration. Le biplan fut toutefois détruit en ratant son atterrissage lors du dernier vol. Les représentants et officiers du ministère de la Milice qui assistèrent à certains de ces vols ne furent guère impressionnés. On décida alors d’attendre l’issue d’essais et d’expériences semblables qui avaient lieu en Angleterre.

M. McCurdy et M. Baldwin offrirent de vendre leur appareil au gouvernement et d’enseigner à des officiers la technique de pilotage, mais leur offre fut rejetée.

Au cours des années suivantes, un officier du quartier général de la milice tenta à plusieurs reprises de convaincre le Ministère de mettre sur pied une section aéronautique, mais ces divers projets furent rejetés faute de fonds.

Par conséquent, lorsque la Première Guerre mondiale éclata le 4 août 1914, le Canada ne comptait ni pilote ni avion. En fait, Douglas McCurdy s’entretint avec le colonel Sam Hughes, ministre de la Milice et de la Défense du Canada, au sujet de la création d’une force aérienne canadienne. Or, le colonel Hughes, qui ne croyait pas encore à la puissance aérienne, paraït aurait répondu : « Jeune homme, l’aéroplane est l’invention du diable... et elle ne jouera jamais aucun rôle dans quelque chose d’aussi sérieux que la défense de la nation! »

Il en fut toutefois autrement puisque les avions acquirent une importance de plus en plus grande pendant la guerre. À l’automne 1914, la mise sur pied d’un corps d’aviation canadien s’avéra un échec, mais les hommes canadiens s’enrôlèrent en foule dans le Royal Flying Corps britannique, le Royal Naval Air Service et plus tard, lorsque ces deux organisations fusionnèrent, la Royal Air Force.

Dans l’après‑guerre, ces aviateurs canadiens posèrent les bases de l’organisation qui, le 1er avril 1924, deviendrait l’Aviation royale du Canada.

Rédigé à l’aide de dossiers de Transports Canada et du Handbook for Air Force Non-Commissioned Members.

Date de modification :