Recruteur spécialiste de techniciens d’aéronefs de l’ARC

Article de nouvelles / Le 31 mai 2017

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

Par le major Jim Hutcheson

L’Aviation royale canadienne a créé un poste unique et sans pareil dans l’organisation de l’État-major de la Force aérienne; ce poste pourrait avoir des incidences favorables sur les opérations dans toute la Force aérienne. Il s’agit du poste de recruteur spécialiste de techniciens d’aéronefs, et la seule personne à occuper ce poste est la caporal-chef Amanda Jardine.

L’ARC et le Groupe du recrutement des Forces canadiennes doivent constamment surmonter des difficultés afin de faire en sorte qu’il y ait suffisamment de techniciens d’entretien d’aéronefs pour répondre aux besoins opérationnels et conserver la vigueur de ce groupe professionnel. C’est une tâche imposante, à cause de la grande demande, dans les industries aérospatiales civiles, d’hommes et de femmes qui poursuivent une formation dans ce domaine. Le poste de recruteur spécialiste de techniciens d’aéronefs a donc été créé pour aider le Groupe du recrutement à mieux faire connaître les professions et les possibilités que l’ARC offre dans ce contexte.

« C’est un poste très valorisant et stimulant, dit la caporal-chef Jardine. Quand les gens en apprennent davantage sur les types d’emplois proposés par l’ARC dans le secteur de l’entretien des aéronefs et sur les nombreux avantages et possibilités que ces postes offrent, ils deviennent très enthousiastes. »

La caporal-chef Jardine accomplit son travail en se rendant, au nom de la Branche de l’entretien des aéronefs, dans les établissements de formation de techniciens et aux salons de l’aviation dans tout le nord-est de l’Ontario, où elle organise des activités et fait des exposés en compagnie de techniciens en service expérimentés et de représentants du Groupe du recrutement. À titre de recruteuse qualifiée, la caporal-chef Jardine travaille aussi trois jours par semaine au Centre de recrutement à  Ottawa, ce qui lui permet de coordonner de près ses efforts avec le personnel du Groupe du recrutement et d’apporter un soutien supplémentaire aux candidats dont les dossiers font l'objet d'un traitement dans le système.

Cette mesure touche les groupes professionnels de techniciens d’aéronefs suivants : les techniciens en avionique, les techniciens en aéronautique, les techniciens de structures d’aéronefs et les techniciens d’armement aérien. En attirant des candidats qui possèdent déjà la moitié des compétences nécessaires, on réduit les pressions exercées sur l’École de technologie et du génie aérospatial des Forces canadiennes, située à Borden, en Ontario. Des techniciens qualifiés sont ainsi prêts rapidement à se joindre aux unités opérationnelles, ce qui permet de pallier sans tarder les pénuries actuelles de personnel dans ces domaines.

« Aujourd’hui, les jeunes hommes et les jeunes femmes se préoccupent particulièrement de pouvoir poursuivre leur croissance personnelle et professionnelle tout au long de leur carrière, affirme la caporal-chef Jardine. L’ARC est à même d’offrir beaucoup sur ce plan, comparativement à bien d’autres employeurs. »

Le poste de la caporal-chef Jardine n’existe que depuis un an environ, mais la militaire croit qu’elle a déjà grandement contribué à attirer plus de techniciens d’aéronefs dans l’ARC. En fait, elle estime qu’il serait fort avantageux de recourir au recrutement spécialisé de techniciens d’aéronefs au-delà des limites du nord-est de l’Ontario et d’en faire un outil pour accroître le personnel de la force de l’ARC au sein de l’équipe du Groupe du recrutement dans tout le pays.

Comme tous les employeurs, les Forces armées canadiennes doivent surmonter des difficultés considérables qui découlent de la démographie du Canada et de la vive concurrence livrée par d’autres industries. En conjuguant les efforts et l’expertise du Groupe du recrutement, des recruteurs spécialisés et des experts opérationnels, il serait sans doute possible d’aider grandement l’ARC à conserver son titre d’employeuse de choix dans de tels groupes professionnels où la demande est très forte.

Pour en savoir plus sur la marche à suivre pour devenir technicien d’aéronefs dans l’ARC, notamment à titre de candidat semi-qualifié, communiquez avec la caporal-chef Amanda Jardine, recruteuse spécialiste de techniciens d’aéronefs, à Amanda.Jardine@forces.gc.ca.

Date de modification :