Les drapeaux consacrés de l’Aviation royale canadienne

Les drapeaux des Forces armées canadiennes

(Le texte ci-dessous provient en grande partie du document La structure du patrimoine des Forces canadiennes, mais il a fait l’objet de quelques modifications en vue de son affichage dans la présente page Web.)

Introduction

De temps immémoriaux, le drapeau a permis d'identifier des personnes et des groupes. Les armées d'autrefois arboraient des drapeaux portant un aigle, un corbeau, un dragon et d'autres symboles. Les drapeaux médiévaux arboraient souvent des emblèmes religieux comme la croix de Saint-Georges. De nombreux drapeaux qui, à l'origine, étaient la marque distinctive de certaines personnes ont peu à peu représenté l'État ou des organismes relevant de celui-ci.

Nombre de désignations ont été données à des formes et à des genres divers de drapeaux. Ces appellations ont souvent changé au fil des ans.

Couleurs est un terme général qui désigne de nombreuses choses, dont les drapeaux de cérémonie consacrés arborés par des formations et des unités de combat des Forces armées canadiennes, y compris les étendards, les guidons et les drapeaux consacrés de la reine, les drapeaux consacrés de commandement, de régiment et de collège militaire;

L’étendard peut désigner le drapeau consacré d'un régiment de dragons ou de la cavalerie de la Garde, ou encore d'un escadron aérien.

Les drapeaux consacrés

Le drapeau consacré est la possession la plus précieuse d'une unité.

Le souverain (ou la souveraine) ou le gouverneur général ou alors le représentant de ce dernier présente personnellement le drapeau consacré. Traditionnellement, le drapeau consacré constituait un point de ralliement pour les régiments de l’armée sur la ligne de bataille. De nos jours, il n'est plus arboré au combat ni utilisé dans les théâtres d'opérations. Toutefois, il symbolise la fierté et l'honneur d'une unité et son dévouement au souverain ou à la souveraine ainsi qu’au pays.

Le drapeau est consacré au moment de sa présentation par l'aumônier général et par l'aumônier de l'unité. Lorsque l'aumônier général ne peut assister à la cérémonie, il désigne personnellement un aumônier pour officier à sa place. Le drapeau consacré est donc consacré et devient un symbole de l'honneur et du sens du devoir militaires. Par la cérémonie de consécration du drapeau, tous les membres de l'unité, quel que soit leur groupe professionnel, renouvellent leur engagement à toujours servir avec dignité et dévouement. Une fois consacré, le drapeau consacré est gardé avec soin et lorsqu'il est dégainé, il est honoré par le témoignage du respect approprié.

Il faut éviter à tout prix que le drapeau consacré ne tombe aux mains de l'ennemi. Le drapeau consacré ne doit pas être emporté outre-mer pendant les opérations actives, y compris celles des Nations Unies et de l’OTAN, les opérations internationales et autres opérations de maintien de la paix. Les unités en service à l'étranger au début des hostilités doivent retourner leur drapeau consacré au Canada. En cas de risque de capture par l’ennemi, le drapeau consacré doit être détruit.

Les drapeaux consacrés ne peuvent être présentés qu’aux formations supérieures combattantes ou éventuellement combattantes de l’armée de l’air et de la marine, aux unités de l’armée et de la marine organisées et instruites pour tenir bon sur la ligne de bataille et aux Collèges militaires royaux du Canada, qui sont considérés, aux fins de la présente publication, comme un bataillon d’infanterie.

Les formations suivantes ont droit à un drapeau consacré :

  • le Commandement maritime (drapeau consacré de la Reine)
  • les régiments blindés :  les gardes à cheval et les dragons de la garde (étendard) et les autres unités (guidon)
  • les escadrons aériens opérationnels qui comptent 25 ans de service ou qui ont mérité une marque d'appréciation spéciale du souverain ou de la souveraine pour des exploits exceptionnels (étendard);
  • le Régiment d’opérations spéciales du Canada (étendard)

Les formations suivantes ont droit à un ensemble de drapeaux consacrés (le drapeau consacré de la Reine et le drapeau consacré du commandement, du collège ou du régiment) :

  • le Commandement aérien
  • les Collèges militaires royaux du Canada
  • les bataillons d'infanterie et aéroportés, sauf ceux des régiments de voltigeurs (à l'origine, le rôle tactique de ces régiments les empêchait d'arborer et d'utiliser un drapeau consacré sur le champ de bataille)

Arborer les drapeaux consacrés lors de défilés

Dans la tradition canadienne, les drapeaux consacrés et leurs gardes ne défilent jamais à part du gros des troupes dont ils marquent la présence et dont ils représentent l'honneur et le devoir. Ils ne sont portés qu’en tant que partie intégrale de la formation ou de l'unité concernée. L’ordre donné à une unité impliquant l’abandon du contrôle de ses drapeaux consacrés peut être perçu comme honteux.

Il incombe aux commandants de veiller à la protection, au soin, à l'entretien et au déploiement approprié des drapeaux consacrés. Lorsqu'ils ne sont pas arborés, les drapeaux consacrés doivent être déployés, dégainés, derrière une vitrine fermée hermétiquement et doivent être placés à l'abri du soleil et des lampes fluorescentes, habituellement au mess des officiers ou dans tout autre endroit gardé.

La mise en dépôt des drapeaux consacrés

Tous les drapeaux qui ont été consacrés et présentés à une unité des Forces armées canadiennes sont et demeurent la propriété de l'État à perpétuité. Le contrôle en est assuré par le ministère de la Défense nationale au nom du gouvernement du Canada. Les drapeaux consacrés commémorent les actes de bravoure et les sacrifices des unités et des militaires qui ont servi sous eux. Si un drapeau consacré est mis en dépôt de façon temporaire ou permanente, les autorités à qui le drapeau a été confié en assument la responsabilité. Le drapeau consacré doit toujours demeurer accessible au public.

Il est absolument interdit d'autoriser un particulier à prendre possession d'un drapeau consacré ou d'une partie de drapeau consacré. Si les autorités à qui le drapeau consacré a été confié ne peuvent plus le conserver en bon état, elles doivent le retourner au Quartier général de la Défense nationale.

Tout drapeau consacré mis hors service dans les règles et mis en dépôt de façon permanente reste sur sa hampe ou sa lance jusqu'à ce qu’il se détériore et se désintègre. Même si les autorités à qui le drapeau consacré a été confié peuvent le conserver sous verre ou prennent d'autres mesures pour en retarder la désintégration, elles ne doivent jamais le restaurer. Tout morceau qui se détache lors de la mise en dépôt permanente d’un drapeau consacré perd son état de consécration et doit être réduit en cendres.

Les drapeaux consacrés utilisables d'une unité dissoute demeurent la propriété de l'État et peuvent de nouveau être employés si l'unité est reconstituée.

Les drapeaux consacrés d'une unité doivent être mis en dépôt de façon temporaire ou permanente :

  • lorsqu'une unité est dissoute ou devient inactive;
  • lorsque des unités sont fusionnées ou changent de désignation et que leurs anciens drapeaux consacrés ne peuvent plus être arborés, mais uniquement après la réception des nouveaux drapeaux consacrés;
  • lorsqu'une unité ne peut pas assurer un groupe arrière canadien, qu’elle est affectée à une force spéciale mobilisée et qu'elle reçoit un avis de service à l'étranger, ou lorsqu’une unité reçoit l’ordre de participer à des opérations actives, y compris pour des missions des Nations Unies, de l’OTAN, internationales ou pour toute autre mission de maintien de la paix;
  • lorsqu’une unité est convertie ou assume le rôle d’une unité qui n’arbore pas de drapeaux consacrés.

La cérémonie de mise en dépôt doit avoir lieu dans un édifice religieux ou public. Habituellement, la cérémonie se tient dans une église, un édifice parlementaire ou un hôtel de ville. Un musée militaire généralement ouvert au grand public correspond à la définition d'un édifice public.

Une fois mis en dépôt, les drapeaux consacrés sont considérés comme des objets commémoratifs et, en règle générale, ils ne sont pas déplacés par des drapeaux consacrés mis en dépôt à une date ultérieure. Les drapeaux consacrés mis en dépôt deviennent très fragiles avec le temps. Les autorités à qui on a confié les drapeaux consacrés doivent veiller à ce qu'ils soient déplacés le moins possible pour prolonger leur durée.