La présentation des drapeaux consacrés de l’ARC : « C’est ici que l’aviation militaire est née. »

Article de nouvelles / Le 5 septembre 2017

Du lieutenant-général Michael J. Hood

Le 1er septembre 2017, le gouverneur général a présenté de nouveaux drapeaux consacrés (drapeaux militaires uniques) à l’Aviation royale canadienne (ARC). Voici les propos qu’a tenus le commandant de l’ARC durant la cérémonie.

Excellence, je vous remercie de partager ce moment important avec nous.

Je sais que madame Johnston occupe les fonctions de capitaine de vaisseau honoraire, mais nous tendons à préférer le bleu de la tenue de la Force aérienne, Excellence.

Monsieur le ministre Sajjan, je vous remercie également de vous joindre à nous aujourd’hui, ainsi que du soutien constant que vous apportez à l’Aviation royale canadienne.

Madame la lieutenante-gouverneure Dowdeswell, nous vous sommes reconnaissants du soutien que vous avez apporté à la présente cérémonie. Nous sommes heureux de l’honneur que vous nous faites de vous joindre à nous aujourd’hui.

Monsieur le maire Tory, nous vous remercions d’avoir proclamé cette journée en l’honneur de l’Aviation royale canadienne, et de nous avoir permis de célébrer cette grande occasion dans un lieu aussi magnifique.

Anciens commandants et commandantes de l’ARC, aviateurs et aviatrices, amis et amies de la Force aérienne.

Mesdames et Messieurs.

L’ARC n’a reçu des drapeaux consacrés que deux autres fois au cours de ses 93 ans d’existence : en 1950, du gouverneur général Alexander de Tunis, et en 1982, du gouverneur général Ed Schreyer.  

Hommes et femmes de l’Aviation royale canadienne : nos drapeaux consacrés, ces objets bien concrets qui se trouvent sur le terrain de rassemblement aujourd’hui, incarnent des idéaux de bravoure, d’honneur, de devoir et d’esprit de corps. Ils symbolisent notre histoire, notre fierté et notre service à la Couronne et au pays.

Citoyens de la grande ville de Toronto : vous vous demandez peut-être pourquoi nous tenons cette cérémonie des plus solennelles ici, chez vous.

La raison en est très simple :

C’est ici que l’aviation militaire canadienne est née.

Il y a cent ans, en janvier 1917, des militaires du Royal Flying Corps sont venus au Canada pour recruter et former des équipages canadiens en vue de leur service pendant la Première Guerre mondiale. Ils ont établi leur quartier général au 56, rue Church, à seulement un kilomètre d’où nous nous tenons aujourd’hui, près de la rue King.

Le camp Borden était sans doute le principal lieu d’entraînement des pilotes, mais les premiers vols sont néanmoins partis d’ici, à Long Branch, premier aérodrome militaire du Canada, situé au sud du boulevard Lakeshore et à l’est du chemin Dixie.

Je ne pense pas avoir besoin de vous présenter la légende du hockey Conn Smythe, mais vous ne saviez peut-être pas qu’il a fait partie du Royal Flying Corps durant la Première Guerre mondiale. Parmi ses instructeurs figurait William Barker, héros de guerre canadien le plus décoré. Nous lui rendons hommage tous les 11 novembre lors d’une cérémonie au cimetière Mount Pleasant. En 1930, quelque 50 000 Torontois ont assisté à son cortège funèbre.  

Lorsque Conn Smythe, né à Toronto, a mis sur pied les Maple Leafs, il a fait de William Barker, son ami et instructeur, le premier président de l’équipe. Le commandant d’escadre Barker était aussi le partenaire d’affaires d’un autre héros adoré de la Force aérienne, dont le nom a été donné à l’aéroport du centre-ville de Toronto : l’Aéroport Billy Bishop de Toronto.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Toronto a une fois de plus abrité de nombreuses installations d’entraînement, en plus de servir de lieu de recrutement des premières femmes canadiennes à l’appui des efforts de guerre de l’ARC. L'instruction de ces recrues se donnait au Collège Havergal.

Toronto a aussi une longue histoire d’innovation en matière d’aviation militaire. À Malton, près de l’aéroport Pearson actuel, la société Victory Aircraft Limited a construit plus de 400 des puissants bombardiers lourds Lancaster Mark Ten pendant la Seconde Guerre mondiale. Ceux-ci ont contribué de façon déterminante au succès de la campagne de bombardement de la Force aérienne.

Victory Aircraft est devenue Avro Canada, qui a ensuite créé le célèbre Avro Arrow, parmi d’autres aéronefs.

Cet esprit de partenariat et d’innovation perdure aujourd’hui, comme le prouvent notre entente avec le Collège Seneca de Toronto en ce qui concerne l’entraînement des pilotes, ainsi que le Pont d’envol de l’Aviation royale canadienne au centre Communitech, grand carrefour d’innovation près de Waterloo.

Pour terminer, je tiens à dire ceci aux hommes et aux femmes de l’Aviation royale canadienne qui se trouvent ici aujourd’hui, qui volent à bord d’aéronefs et qui travaillent dans des bases partout au Canada et à l’étranger à entretenir et à contrôler nos appareils : je suis fier du travail acharné que vous accomplissez tous les jours pour le grand pays qu’est le Canada et les Canadiens.

Citoyens de Toronto, je vous remercie de nous avoir accueillis dans votre ville et d’exprimer votre enthousiasme et votre soutien à l’Aviation royale canadienne.

Rappelez-vous que, tous les jours, nous agissons selon notre devise, qui est inscrite sur les nouveaux drapeaux consacrés de l’ARC.

Sic itur ad astra. Telle est la voie vers les étoiles.

Date de modification :