La réparation des pistes, une expertise du 4e Escadron du génie construction

Article de nouvelles / Le 4 juillet 2017

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d'images » pour voir d'autres photos.

4e Escadron du génie construction

L’expertise des ingénieurs du 4e Escadron du génie construction (4 EGC) s'est révélée utile lors du cours de réparation des surfaces d’aérodromes, qui s'est tenu en mai 2017, à la 4e Escadre Cold Lake, en Alberta. Sous la supervision de la capitaine Chelsey Litjens, ingénieure responsable des opérations du 4 EGC, 18 militaires de l’Aviation royale canadienne (ARC) ont reçu une instruction théorique et pratique du 8 au 19 mai 2017.

Le cours de réparation des surfaces d’aérodromes vise à former des techniciens capables de réparer les pistes d’atterrissage des bases canadiennes et celles utilisées par les aéronefs de l’ARC lors de déploiements à l’étranger. Bien que la formation ne vise que les réparations considérées comme légères, soit des fissures mesurant au maximum 2,5 cm et des portions de piste d’un maximum de 2,25 m2, elle a lieu deux fois par an et est très courue.

La major Megan Kavanagh, commandante du 4 EGC, explique que les besoins de l’ARC ont changé : « L’entraînement portant sur la réparation des pistes a beaucoup évolué depuis la fin de la guerre froide. Aujourd’hui, les cours servent à préparer les ingénieurs de l’ARC à assurer des services essentiels de réparation de pistes dans un contexte opérationnel en constante évolution, qu’il s’agisse de réparer les bris causés par l’usure normale et les tirs ou tout type de dommage léger. »

Savoir réparer les pistes des aérodromes se révèle particulièrement utile lors de missions militaires à vocation humanitaire, surtout après un tremblement de terre ou des inondations majeures. Les aérodromes sont souvent endommagés et les techniciens de la 2e Escadre Bagotville, au Québec, qui sont déployés avant les autres, disposent des capacités nécessaires à l'évaluation des pistes et à la réparation provisoire de certaines des surfaces afin que puissent y atterrir les avions remplis d’équipement et de provisions envoyés pour aider le pays en détresse.

Normalement, une équipe de réparation compte cinq membres : un chef d’équipe du grade de sergent ou de caporal-chef qui est technicien en génie construction, son adjoint du grade de caporal, également technicien en génie construction, et trois autres militaires du grade de soldat ou de caporal, quel que soit leur métier. Cette équipe fait partie de l’élément de soutien opérationnel de mission déployé.

Cinq militaires du 2e Escadron expéditionnaire aérien (2 EEA) de la 2e Escadre ont suivi la formation. Ils ont appris à trouver les portions de pistes endommagées, en plus d'étudier les propriétés techniques des surfaces en béton ou en asphalte, les avantages et les désavantages des outils de coupe et de mise à niveau, ainsi que les matériaux de remplissage comme l’huile de goudron, l’asphalte et le ciment.

La capitaine Litjens s’est dite impressionnée par l’esprit d’équipe dont a fait preuve le groupe : « Malgré le mauvais temps et les très longues journées de travail, les étudiants étaient attentifs et de bonne humeur, ce qui a créé une excellente atmosphère de travail autant pour eux que pour le personnel enseignant. »

Date de modification :